Les livres de l’escale

Nuages

Cela fait quelque temps que je veux écrire cet article, et il me semble que c’est le bon moment, posée que je suis depuis des semaines, et dans l’attente de reprendre (bientôt) le large.

Chacun ses occupations en voyage, ou dans la vie en général. Moi j’aime lire. On s’en serait douté… Alors j’ai une petite sélection de livres pour ceux qui cherchent l’inspiration. N’hésitez pas à partager vos lectures coups de coeur en voyage, je suis preneuse aussi !

Les photos de cet article n’ont rien à voir avec les livres dont je parle… Juste quelques images pour faire couler les phrases.

Mon auteur phare du moment : Sylvain Tesson

Auteur contemporain, à la plume aiguisée, somptueuse, soignée, acerbe, amère… Rien que pour la musique de ses mots, je dévorerais ses livres encore et encore. Il est un grand voyageur, marcheur, il fut alpiniste aussi, avant un accident qui lui a presque détruit la vie… Il en parle dans l’ouvrage Sur les chemins noirs, où il relate sa sortie de l’hôpital et les mois de marche du sud au nord de la France en passant par les « chemins noirs », petits chemins des campagnes reculées du pays.

Mais j’aime en particulier son livre Dans les forêts de Sibérie, où il raconte six mois d’exil auto proclamé dans une cabane sur les bords du Lac Baïkal.  Et j’adore les nouvelles du recueil S’abandonner à vivre, tellement grisantes.

Hut historique

Ces voyageurs aux témoignages inspirants

Sarah Marquis

J’ai un peu eu l’impression de rencontrer une grande soeur en lisant Instinct, où Sarah Marquis raconte une expérience de marche dans les territoires hostiles du Nord de l’Australie, en « mode survie » comme elle le dit elle-même, et dont l’expression prend du sens au fil des pages. Ses points de vue, sa philosophie de vie, ses pensées se sont infiltrés en moi comme en terrain conquis. Sauf qu’elle, on peut dire qu’elle vit pleinement en harmonie avec ce qu’il y a au fond d’elle, si fort qu’elle se propose des défis fous et merveilleux. Je suis très admirative, très, très admirative, de cette femme.

J’ai aussi lu Désert d’Altitude, un autre de ses livres, dans lequel on découvre son expérience de marche solitaire sur la Cordillère des Andes. Une autre destination de rêve, l’Amérique latine, et une autre aventure trépidante, mais j’ai moins accroché au récit en lui-même.

Jérémy Marie

Dans Le tour du monde en autostop, livre qui porte bien son titre, j’ai pu travailler sur cette attirance que j’avais pour ce mode de voyage… Je l’ai lu il y a déjà quelques années, avant de mettre en pratique la technique, par moi-même, en Irlande, en Nouvelle-Zélande. J’en parle dans l’un de mes articles, d’ailleurs. Mais Jérémy Marie est allé bien au-delà de ces pays où le stop est si facile et sans grands dangers. Lui a levé le pouce dans des pays du monde entier, où ce n’était pas forcément ancré dans les moeurs ni autorisé… Et c’est très intéressant de suivre son parcours.

Jean Béliveau

L’homme qui marche est aussi un récit de tour du monde, lui totalement à pied… Une folie incroyable, des années sur les routes, un parcours intérieur troublant… Le récit est rapide, on voudrait en savoir plus et prolonger l’expérience, mais ce que Jean Béliveau offre dans son livre est déjà captivant et, personnellement, force le respect. Un destin hors du commun dont je serais curieuse de savoir l’actualité.

Marine Barnérias

Seper Hero. Jeune héroïne de la sclérose en plaques, Marine est partie en voyage après que le diagnostique soit tombé. Ce qu’il y a d’assez extraordinaire, c’est que je l’ai rencontrée en Nouvelle-Zélande, quand j’étais au village de Coromandel, dans un café. On a discuté cinq minutes, peut-être dix, et elle m’a balancé son projet, là, comme ça, alors je l’ai suivie sur les réseaux sociaux, jusqu’à ce que je vois qu’elle avait publié son récit de voyage, son témoignage de vie. Des pages qui débordent d’amour et d’espoir, de joie de vivre et de rage de vaincre, le tout dans des contextes pour le moins dépaysants. Quel bonheur de voir qu’elle a réussi à publier son récit avec une « toute petite » maison d’édition (Flammarion s’il vous plait…) et que, visiblement, elle a un succès fou. Bravo Marine, et bonne route à toi, comme à tout ceux qui ont décidé, si tant est qu’ils en aient la possibilité, de partir sur les routes à la rencontre de leur « moi » profond suite à des bouleversements intenses de la vie…

Glace sur les marches de la randonnée

Option « courir »

Courir avec les Kenyans, Adharanand Finn

Ce livre promet un superbe voyage dans des paysages bien particuliers et auprès d’hommes de légende. J’en ai rêvé, de ce témoignage superbe de ce journaliste anglais qui décide d’apprendre à courir le marathon pieds nus au Kenya et essaye de comprendre d’où vient cette suprématie des Kenyans dans la course à pieds… A dévorer.

La grande course de Flanagan, Tom Mc Nab

Ce livre… Une épopée en chaussures de running, au siècle dernier, d’Ouest en Est des Etats Unis avec des personnages hauts en couleur… Ce récit tiré d’une histoire vrai et romancé par son auteur, est absolument fabuleux ! Je m’en souviens bien, je l’ai lu alors que j’étais en arrêt après m’être rompu les ligaments croisés du genou, et que je ne pouvais plus… courir. Ironie du sort, mais du coup je respirais dans ces pages, et c’était bon.

L'albatros

Un classique, parce qu’il est incontournable : Jules Verne

Voyage au centre de la terre… Bien sûr ce n’est pas le seul que j’aurais pu citer de Jules Verne, mais c’est celui que j’ai lu tout récemment. J’avais une pensée émue pour mes volcans adorés du Tongariro, en Nouvelle Zélande, en lisant cette aventure pour le moins fantaisiste. Pourtant, c’est par le cratère d’un volcan islandais que les trois personnages de ce roman s’enfonce dans les entrailles du monde, et rencontre des situations sans queue ni tête. Le tout dans une écriture d’un autre siècle et avec des références passionnantes aux moyens de l’époque en terme d’équipement de voyage, etc. Un délice.

Des livres « détente et suspens » pour se changer les idées

En la matière, Michel Bussy est mon choix à l’heure actuelle. Même si je n’ai pas lu tous ses livres, pour l’instant Nymphéas noirs reste mon préféré. Je ne peux vous en dire beaucoup plus, à vous de lire la première page et de vous laisser triturer l’esprit sans relâche jusqu’à la dernière. En prime, à chaque fois dans les livres de Michel Bussy, je me plais à parcourir des phrases bien écrites, des références intelligentes et travaillées, des environnements envoûtants, des personnages avec beaucoup de relief. Je ne suis pas la plus grande lectrice de « polars » mais Michel Bussy, c’est à part… J’avais beaucoup aimé Ne lâche pas ma main ainsi qu’ Un avion sans elle également.

D’autres auteurs que je pourrais caser là aussi, évidemment Miss Amélie Nothomb, surtout Robert des noms propres, Hygiène de l’assassin et Métaphysique des tubes, mais aussi l’excellent Jean Echenoz, en particulier Je m’en vais.

Soirée à Abel Tasman

Des livres pour réfléchir, venir ou revenir à soi

Oui, en voyage, souvent, on a besoin de faire un peu le point, d’avancer dans sa vie, de se regarder dans le miroir, sans miroir justement, de plonger au fond de son gouffre intérieur. Parfois cela arrive juste par la force des choses aussi. Parce que le voyage provoque cela, les rencontres, les situations qui forcent à trouver autre chose en soi… Tout va très vite, et on vit différemment. En Nouvelle Zélande, deux livres m’ont été mis entre les mains assez fortuitement, et sans que j’ai bien eu le temps de le vouloir ou de m’en rendre compte, leur lecture a été un bouleversement, au sens positif du terme. Un accompagnement de l’état d’esprit dans lequel j’étais, vers lequel j’allais à grand pas et un peu à l’aveugle. Ils furent de belles lumières, de merveilleux compagnons, et c’est assez fou comme l’un comme l’autre apparurent lors d’une journée où ils ne pouvaient qu’être les bienvenus sous mes yeux.

Le premier fut La Prophétie des Andes, de James Redfield

Il s’agit d’un roman, absolument trépidant, sur la découverte d’un vieux manuscrit qui entraîne le protagoniste dans les forêts du Pérou… Et lui fait découvrir, et le lecteur avec, des aspects de la vie qui le changeront à tout jamais. Une perle rare. C’est une trilogie, pour ceux qui veulent aller plus loin encore…

Je l’ai lu en anglais, et pour ceux qui le chercheraient en anglais, le titre est The Celestine Prophecy.

Le second mais non le moindre : Eckhart Tolle, Le pouvoir du moment présent

Je crois que s’il y avait un livre à lire dans une vie, ce serait celui-ci. (Charles B., Victor H., J-P S., Marcel P., s’il vous plaît pardonnez-moi cette trahison… )

Je me souviendrai toujours de cette petite vieille, gérant son minuscule magasin de livres de seconde main, à Raglan en Nouvelle-Zélande. Elle m’a demandé ce que je cherchais, et je croyais que je ne cherchais rien. Mais dans mon actualité du moment, j’ai répondu « un livre sur le bonheur », comme cela, sans préméditation. Et elle m’a remis CE livre. En anglais, The Power of Now. Je ne peux que difficilement en parler, car je pense que chaque lecture est différente. Ce n’est pas un roman, c’est une discussion sur la vie, sur la vrai vie, celle qui est là au fond de soi dans l’éternité du moment présent. Celle qui brille dans les lettres du bonheur, de la beauté, de l’harmonie, de la nature.

Bonus presque évident : L’Alchimiste, de Paulo Coelho

C’est un livre très connu, très vendu, très prisé à travers le monde. Mais il faut bien l’admettre, il y a des raisons à cela… Et si Paulo Coelho ne me convainc pas à chaque fois, sur L’Alchimiste, c’est un coup de maître pour lequel je me dois de lui tirer mon chapeau bien bas. C’est une fable, pleine de sens, pleine de sensibilité, pleine de poésie. Alors c’est très plaisant à lire, et oui, cela peut remettre un peu de perspective dans les directions qui s’ouvrent devant soi.

Pour finir en beauté, mon coup de coeur absolu le plus récent

Roulements de tambours… Ceux qui l’ont lu ne seront probablement pas surpris… En attendant Bojangles, d’Olivier Bourdeaut, remporte un tonnerre d’applaudissements, de larmes, de sourires, d’yeux qui brillent, de respect, de stupéfaction… Et pourtant on veut presque cacher le livre contre son coeur comme un secret, avec tendresse, quand on en referme la dernière page. Presque promettre à ses personnages qu’on va garder leur histoire dans notre mémoire et la protéger avec délicatesse. Qu’ils ne s’inquiètent pas, qu’on sera là, en lecteurs éternels pour les faire vivre longtemps… Très sérieusement, à mes yeux, Olivier Bourdeaut, avec ce tout premier roman publié, a rejoint la cour des grands. En aller simple, sans raccourci mais sans détour non plus.

Clap de fin, et j’attends vos suggestions, bien sûr !

Crepuscule australien

Partager ce récit

Pensées de voyageuse

Vous aimerez aussi

7 Comments

  1. 1

    Merci d’en tous tes conseils, je prends note pour voyager mentalement.

    Un très beau livre à te proposer à mon tour : WALDEN de Thoreau, l’experience D’un homme dans les années 1800 ayant vécu 2 ans au bord d’un lac en autosuffisance. « Je désirais vivre à fond, sucer toute l’an moelle de la vie, vivre avec tant de résolution spartiate que tout ce qui n’etait pas la vie serait mis en déroute »

  2. 4
  3. 6

    Merci Sophie pour ces suggestions 🙂
    Comme j’aime beaucoup la littérature voyage, voici quelques autres livres si jamais tu ne connais pas.
    Le monde en stop de Ludovic Hubler (dans le meme genre que celui de Jéremy, mais j’ai préféré son approche et le type d’écriture de Ludovic)
    Je suis en train de lire Africa trek de Alexandre Poussin, un périple à pied avec sa femme du Sud au Nord de l’Afrique
    La longue Marche de Bernard l’Ollivier qui retrace son périple à pied à travers la route de la soie de la Turquie à la Chine.
    L’usage du monde de Nicolas Bouvier
    Voyage d’une parisienne à Lhassa de Alexandra David Neel
    Latitude zero de mike horn aussi.
    En espérant que quelques-uns te plairont 🙂
    Rachel – Blog voyage Découverte Monde Articles récents…Où aller au Portugal : Itinéraire voyage pour visiter le Portugal en 7 jours

Répondre à Sophie La Plume Trotteuse Annuler la réponse.

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par une étoile *

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et ces attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>