Mont Cook et ses lacs : Tekapo, Pukaki et Ohau

Lupins sur le lac Tekapo

Ces quelques jours de mon périple en Nouvelle-Zélande furent très joyeux et attendus pour moi. D’abord je me suis rendue dans un coin assez iconique du pays, le Mont Cook, point culminant de la Nouvelle-Zélande. Mais surtout, j’ai rejoint Clémentine et JB, mes copains, que je n’avais pas vu depuis presque dix mois… C’était presque étrange d’aller les chercher à l’aéroport de Christchurch, et en fait, absolument génial. C’est bon de retrouver ces personnes qui nous connaissent si bien et avec qui on a vécu des tas de choses sans rapport avec ce voyage. Les conversations sont différentes (pas besoin de répondre à ces questions phares lors de toute nouvelle rencontre comme : « De quelle partie de la France viens-tu ? » et « Tu es là depuis combien de temps » et tout le tintouin…) La rigolade peut commencer d’entrée de jeu, tout comme les potins sur nos connaissances communes restées dans notre bonne vieille Lorraine.

Mont Cook

Le Lac Tekapo, poésie florale et dégradés de bleus

Lac TekapoNous sommes donc partis à la découverte du Lac Tekapo ensemble (notre lac, hein Clémentine ?). Si la première partie de la route depuis Christchurch est assez longue est inintéressante, l’approche du Lac Tekapo est superbe. Et là, au tournant, on découvre cette étendue turquoise, immense, et toutes ces fleurs aux couleurs vives, bleues, violettes, roses, jaunes, rouges… J’ai posé ma tente au petit camping à $5 près du Lac Alexandra, la route qui y mène est couverte de lupins multicolors, c’est adorable ! Les lupins de TekapoLe Peninsula Walk, environ deux à trois heures de marche facile entre les moutons, les fleurs et les vues imprenables sur ce lac envoûtant, est une très bonne entrée en matière pour s’imprégner de ce paysage superbe. Et puis, pour prendre un peu plus de hauteur, l’ascension (je pèse mes mots) du Mont John vaut la peine. Cette colline est très facile à grimper et un retour par les berges du lac permet de réaliser une promenade délicieuse.

Moutons de Tekapo

Je suis revenue à Tekapo quelque temps après, avec mon ami Pierre, car je crois que ce lac est de ce genre d’endroits où l’on souhaite retourner dès qu’on les quitte.. Il faisait moins beau ce jour-là mais nous nous sommes bien promenés aussi et je peux confirmer que c’est une étape, à mes yeux, incontournable sur l’île du Sud pour son degré de poésie très élevé !

Le Mont Cook, au sommet de la Nouvelle-Zélande !

Non loin de là, il y a ce fameux Mont Cook, ou Aoraki, la plus haute montagne du pays, qui me faisait de l’oeil depuis un moment… Elle culmine à 3754 mètres, dans un décors enivrant au milieu des autres pics des Alpes du Sud. La route depuis Tekapo est dangereuse… tant elle est belle et tant il est dur de se concentrer sur la conduite ! L’arrivée au Lac Pukaki avec la vue sur le fameux sommet en arrière plan est incroyable ! Pour être franche au sujet du Mont Cook, je dirai que j’ai croisé peu de voyageurs l’ayant vu par beau temps… Les nuages s’y accrochent, les températures y sont basses et la pluie voire la neige sont très attirées par ces montagnes et son petit village. Ayant une journée de beau temps devant moi avant que les conditions ne se dégradent à nouveau, il a donc fallu en profiter au maximum.

Mont Cook sur la route

Glaciers Mont CookJ’ai commencé par grimper les marches du célèbre sentier vers Mueller Hut, tout en sachant que je n’atteindrais pas cette dernière, les alertes d’avalanches étant activées, la neige étant bien présente sur la randonnée et les vents s’annonçant plus forts à mesure que la journée allait avancer. J’ai bien aimé prendre de la hauteur sur l’endroit, et avoir les vues sur le Mont Cook, sa vallée, ses lacs et glaciers… Mais il était un peu frustrant de ne pouvoir atteindre la hut et de ne pas voir le sommet de cette balade, surtout après tous les escaliers avalés ! Ensuite, j’ai marché jusqu’à Kea Point pour ma pause déjeuner, en tête à tête avec le Mont Cook, qui commençait un peu à faire le timide derrière les nuages. J’ai enchaîné sur la marche de troMont Cook de hautis heures parcourant la Hooker Valley, qui permet de se promener dans ce très bel environnement. Toutefois, ces sentiers parfaitement entretenus et très fréquentés ne sont pas mes préférés du pays, il faut bien l’admettre. Sur cette promenade, on peut découvrir un monument consacré aux personnes ayant perdu la vie en escaladant les sommets environnants… Il est assez bouleversant de lire ces plaques commémoratives. Pour finir cette longue journée et malgré la fatigue qui s’installait, j’ai également vu le glacier de Tasman, qui est majoritairement… fondu en un long lac. Quelques blocs de glace timides y flottent paresseusement, et malgré tout la vue sur la vallée glacière est somptueuse.

Le Lac Ohau, sans savoir comment le prononcer…

Randonnée sur la Lac OhauPour finir notre trilogie des lacs, nous avons été voir le lac Ohau (O-ho ? O-ha-ou ? no idea…). Notre lac aussi, hein Clémentine ? Malgré le vent assez fou donnant aux vagues du lac des allures d’océan, nous avons beaucoup apprécié ce petit coin loin des bus de touristes, cette balade à nouveau entre les fleurs, auprès de cette étendue d’eau se déployant là parmi les sommets des Alpes du Sud. Nous avons pu argumenter sur le miel de Manuka et observer les arbres aux fleurs de Manuka. Ce miel, dont JB est devenu dingue, aurait des vertus médicales extraordinaires en plus d’un goût incomparable. Bon, personnellement, j’aime le miel des Vosges tout autant, mais c’est vrai que c’est un produit phare du pays. En vrai, ce n’est pas la seule discussion que nous avons eu, évidemment, mais pour le reste, je vous laisse demander à Clémentine ou JB directement, je ne saurais trahir leur confiance quant aux conversations ultra sérieuses et distinguées que nous avons l’habitude de tenir… 

Lac Ohau

Après cette autre belle journée tous ensemble, les au revoirs inévitables avec Clémentine et JB n’ont pas été faciles pour moi. Ils partent vers les fjords du Sud-Ouest avant de regagner la France. De mon côté, je pars vers la côte Est, retrouver mes allergies mais aussi découvrir un animal qui me fait rêver depuis bien longtemps, entre autre…

Comme toujours, voici un album photos pour cette partie de mon voyage, très coloré et floral !

Partager ce récit

Ile du Sud

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par une étoile *

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et ces attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>