Travailler dans une ferme laitière en Australie, suite et dénouement…

Les vaches au soleil

Enfin, vous dites-vous si vous avez lu le précédent article, venons-en aux faits ! Vous voyez, vous aussi avez presque envie déjà d’aller traire des vaches de bon matin !

Finally, let’s talk about the facts, is what you are thinking if you read the other article. See, you too almost want to go milk some cows in the early morning !

Premiers pas, premières impressions…

First steps, First impressions…

Pour mon premier jour, je fais vite connaissance avec Donna, la soeur de Kristen, avec qui j’avais été en contact précédemment. Elle me fait tout de suite sourire par sa bonne humeur tonitruante et sans manière, et s’empresse après quelques minimes formalités de me remettre une paire de bottes en caoutchouc et de me faire enfiler des gants bleus et un magnifique tablier genre plastique, rose, et immense, me couvrant du menton aux bottes, et presque tout autour. Elle me remet ensuite aux bons soins de Jo, qui semble enthousiaste à me montrer la tâche, probablement un peu amusée, me dis-je. Je regarde autour de moi, il y a une sorte de plateforme ronde, comme un manège, qui tourne tranquillement. Face à moi, le cul des vaches, pardon, leur pis. Leur tête se trouvant tournée vers le centre de la plateforme, je ne verrai leurs beaux yeux que plus tard…

On my first day, I soon meet Donna, Kristen’s sister, with whom I have been in touch before. Her vibrant personality makes me smile straight away, and after some quick paperwork, she gives me a pair of gumboots and some blue gloves, as well as a  wonderful plastic type apron, pink, very big, covering from my neck to my boots and almost all around my body. Then she lets me with Jo, apparently enthusiastic about teaching me the job, and probably a bit amused too, I guess. I look around, there is a weird circular platform turning slowly. In front of me, the butts of the cows, or well, their teats, sorry. Their head being face to the centre of the platform, I will see their beautiful eyes a bit later…

Traite des vaches

Alors oui, en 2017 et d’autant plus dans une ferme de 800 vaches, on ne fait plus la traite à la main, sur un petit tabouret en bois comme dans les histoires pour s’endormir le soir. Je découvre donc l’engin, les « cups » comme on les appelle ici. Il s’agit d’un… truc… relié par des tuyaux et avec quatre sortes de ventouses qui viennent engloutir le lait du pis de la vache… En gros. Donc oui, petit rappel, les vaches ont quatre mamelles, mais déjà là cela se complique, puisque certaines n’en ont que trois, ou plutôt ont une mamelle défectueuse.

So, yes, in 2017, and moreover in a 800 cows dairy farm, you don’t milk cows by hand, on a little wooden chair like in the old stories. So, I discover the machine, the « cups ». It is like… a stuff… with some hoses and four suction cups that come to eat all the milk from the cows… Kind of. So yes, little reminder, cows have four teats, when they don’t actually have only three working well.

Jo m’encourage à essayer de placer les « cups » moi-même, et après quelques essais je commence à comprendre. J’ai un peu peur de faire mal aux demoiselles, et Jo trouve cela bien que j’ai des sentiments, puisqu’apparemment certains n’ont que faire de l’état d’esprit de nos jolies copines. Mais elle me rassure et m’explique comment faire le geste. Au final on assimile assez vite. Puis elle m’explique un certain nombre de choses que je ne retiens pas et qui prendront un certain temps à entrer dans mon esprit, c’est très intéressant, mais je vais vous passer le cours de vaches quand même.

Jo encourages me to put the cups on by myself, and after a few tries I start to understand. I am a bit scared of hurting the ladies, and Jo find it great that I have feelings, as some apparently don’t care about our beautiful friends feeling hurt. But she helps me and I improve soon. Then she explains me tons of things I will actually need some time to understand and remember. It is all very interesting actually, but I won’t give you a cow class right now.

 

Et puis assez vite, Jo me fourre un baton dans les mains et me demande d’aller pousser les vaches qui sont dans l’enclos et attendent de se faire traire, afin qu’elles se dirigent vers la plateforme. Je dois avoir les yeux qui roulent dans leurs orbites mais Jo me sourit. « Vas-y, tu peux leur crier dessus pour qu’elles avancent, et tu peux taper le baton contre ta botte pour que ça fasse du bruit ». Bien…

Then, pretty soon, Jo gives me a stick and asks me to go push the cows that are in the yard and wait for being milked, so they can walk to the platform. I must have my eyes rolling in fear but Jo smiles to me. « It is ok, you can yell on them so they move, and kick your boots with your stick to make some noise ». Fine…

Les vaches

Et c’est alors que le miracle se produit. Je vous promets, moi qui pensais que je serais tétanisée devant ces géantes bêtes, je me retrouve dans l’enclos au milieu d’elles à crier je ne sais quoi en agitant les bras et oui, ça marche ! Elles se mettent à avancer avec poésie et élégance, heureuses d’aller à la traite, pressées de me montrer comme elles sont de bonnes filles. Je suis bouche bée, et m’en donne bientôt à coeur joie. Dans les premiers jours, je finirai d’ailleurs par me faire un bleu sur le mollet à taper de mon baton sur ma botte comme une forcenée. Mais c’est le temps d’intégrer la technique. Je croise Kristen dans l’enclos, qui sourit et se dit surprise de déjà me trouver là. Je ne suis pas peu fière.

And it is when the miracle happens. I promise you, I thought I would be paralyzed in front of these giant beasts, but I suddenly find myself screaming I don’t know what and moving my arms around, and yes, it works ! They start to move with poetry and elegance, happy to soon be milked, ready to show me how good girls they are. It blows my mind away, and I am now doing that with all my heart. In the first days, I actually end having a big bruise on my ankle because I kick myself too much with the stick. But it is just some time I need to improve in the technic. I meet Kristen in the yard, she smiles and says how surprised she is to already find me here. I am proud, just a little bit !

Les jours défilent auprès de mes amies vaches

Days go on with my « cows-workers »

Maman vache

L’apprentissage se poursuit de jour en jour, et je rencontre bientôt Hugo, un Equatorien marié avec Janet, du Guatemala, tous les deux égarés à Tocumwal depuis quelques années et travaillant à la ferme. Hugo sera mon compagnon de traite la plupart du temps, et nous avons pour tâche d’appliquer les « cups » alors que Jo les enlève de l’autre côté de la plateforme afin de libérer les demoiselles. Du coup, je parle anglais avec mes autres collègues, espagnol avec Hugo, j’apprends le langage des vaches et comble de l’exotisme (ou pas), je rencontre bientôt Anne, nouvelle collègue Allemande. Bon, je ne me décide pas à pratiquer mes faibles bribes d’allemand, et nous nous en sortons très bien avec l’anglais. C’est elle qui m’apprend la plupart des tâches, et notamment tout ce qu’on fait en dehors de la traite, à savoir le nettoyage des équipements et des enclos. Mais surtout, c’est avec Anne que, pour la première fois, je monte sur le « buggy », la petite voiturette aux roues de 4×4 avec laquelle nous partons chercher les vaches dans leur pré afin de les amener jusqu’aux enclos puis la salle de traite. Et là, autant vous dire que c’est un grand moment. J’ai l’impression d’être retombée en enfance et je ris aux éclats, on crie en coeur pour rameuter nos copines, et je me retrouve bientôt à conduire, comme dans un rêve. Autant vous dire que j’ai trouvé ma tâche préférée, presque une vocation ! Parfois je leur chante même des chansons, en particulier les matin, à 3h45, avec la lune et les étoiles qui dansent au dessus de nos têtes. Elles adorent. Si, elles me l’ont dit.

I keep learning day after day, and I meet Hugo, from Equador, husband of Janet, from Guatemala, both lost (in a good way) in Tocumwal for a few years and working at the farm. Hugo will become my milking mate quite often, and we have to put the cups on when Jo, on the other side, take them off to free the ladies. So, I speak english with my other colleagues, spanish with Hugo, I learn cows’ language and even more exotic I meet my new german colleague, Anne, with whom I (don’t) practice the few german words I know. English will work. She is the one who teaches me the different tasks, especially all that we need to do apart from milking, like cleaning the equipments and yards. But more important, it is with Anne that, for the first time, I take the « buggy », tiny car with 4wd that we use to get the cows from their paddocks to the dairy. And then, I can tell you it is a great moment. I feel like I am back to childhood and we laugh so much, screaming together to bring our girlfriends, and soon I even drive, like a dream ! Well I guess I found my favorite task, like if I was made for it ! Sometimes I even sing them some songs, especially in the morning at 3.45am, with the moon and the stars dancing upon our heads. They love it. Yes, they told me.

 

Alors oui, c’est vrai, il faut se lever tôt et revenir en plein après-midi, le rythme n’est pas facile et parfois une sieste s’impose entre les deux. Mais finalement je n’ai jamais eu trop de mal à m’extirper du lit pour y aller. Quand au côté « physique » du travail, je trouve que c’est finalement assez tranquille, et c’est honnêtement beaucoup moins dur pour le corps que la cueillette de pommes.

So yes, it is true, you need to wake up very early and come back in the middle of the afternoon, the rythm isn’t easy and sometimes you really need a nap between the two shifts. But at the end I never struggled that much going out of bed to start working. About the « physical » part of the job, I personnaly found it was not that hard, and honestly much easier than the apple picking.

Sur le buggy

Quelques anecdotes

Fun facts

  • J’ai enfin compris l’expression « il pleut comme vache qui pisse ».
  • In french we have an expression that is « it is raining like a pissing cow » (it is raining cats and dogs) so well, I got to understand the meaning of it. 

 

  • Tomber le cul dans l’enclos plein de caca de vaches devant toutes mes collègues, c’était plutôt détendant.
  • Falling in the yard my ass right in the poo of the cows in front of all of my colleagues, it was pretty relaxing

 

  • Appeler « Princesse » une vache qui ne veut pas avancer, ça fonctionne.
  • To call « Princess » a cow that doesn’t want to move on, it works.

 

  • A trop me fréquenter, certaines de ces élégantes demoiselles ont chopé l’accent français.
  • Because of seeing me too much, some of these elegant ladies got the french accent.

 

  • 12 semaines dans cette ferme m’ont paru moins longues que 11 jours de cueillette de pommes.
  • 12 weeks in this farm seemed to me faster than 11 days of apple picking.

 

  • Si j’en crois mes calculs j’ai parcouru plus de 200 fois les 20 km de trajet du pub (mon chez-moi) à la ferme ou inversement.
  • If I believe my maths, I drove the 20 km from the pub (my home) to the farm and the other way around more than 200 times. 

 

  • Cette ferme est si grande que je n’en crois toujours pas mes yeux, avec des prés partout, et un jeu de cache-cache constant, les vaches changeant de pré presque tous les jours, pour maintenir un certain sens de l’aventure je suppose…
  • This farm is so huge that I still can’t believe my own eyes, with paddocks everywhere, and a constant hide and seek game, the cows moving from a paddock to another almost every day, probably to maintain a real adventure feeling I guess… 

La ferme

  • Un jour, j’ai passé trois heures à balancer des pneus crevés sur une bâche en plastique sans comprendre ce que je faisais, avec pour seul but de montrer aux deux compagnons du jour de la gente masculine que je pouvais faire aussi bien qu’eux, avant de rentrer m’effondrer pour une sieste à peu près aussi longue. (c’était pour protéger la nourriture des vaches de la sécheresse, je crois…)
  • One day, I spent three hours throwing around tires on a large plastic cover without understanding what I was doing, and with the only goal of showing my two male coworkers of the day that I could do as good as them, before I came home and had a nap at least of the same number of hours. (it was actually to protect the food of the cows from drying, or something like that…)

Pneus

  • L’accent australien et le bruit des machines, ça donne des difficultés de compréhension qui n’améliorent pas la réputation du niveau de langue des français, sorry les compatriotes.
  • The australian accent and the noise of the machines make it hard to understand english sometimes, so I did not improve the reputation of frenchies with their foreign language level, sorry compatriots.

 

  • Nettoyer l’enclos avec un immense tuyau d’arrosage parfois cela donne vaguement l’impression d’être un homme avec le plus gros pénis du monde. (Avouez, vous avez ri).
  • To wash the yard with a huge hose, sometimes it somehow gives the feeling of being a man with the biggest penis in the world. (Admit you are laughing).

 

  • Une ferme de 800 vaches-demoiselles gérée par deux soeurs et leur adorable maman, cela fait beaucoup de femmes, donc l’atmosphère est sexy au possible, messieurs, tenez-vous bien ! (certaines vaches ont l’air de s’être fait des mèches blondes dans la queue, d’autres des manucures assez originales, d’autres s’entraînent dur sur le mascara… Elles doivent se dire qu’on est des malpropres par rapport à elles).
  • A farm of 800 lady-cows managed by two sisters and their lovely mum, it makes a lot of women, so the atmosphere is bloody sexy, beware men ! (some cows seems like they made blond highlights in their tails, others crazy manucures, some looks amazing with mascara… They must think we do look like shit compared to them).

Vache avec mascara

  • En vrai, cette histoire d’être couvert de bouse des pieds à la tête en permanence, c’était plus qu’exagéré, croyez-moi.
  • To tell the true about being totally covered in poo constantly, that was absolutely exagerated, believe me.

 

  • Par contre, une vache qui tousse et fait caca en même temps, c’est assez « explosif ».
  • But, a cow that cough and poo at the same time, it is quite « explosive ». 

 

Quelques révélations que j’emporte avec moi

A few revelations I will take with me

  • J’aime travailler dehors, connaître le climat du jour plutôt que la température de l’air conditionné.
  • I love working outside, knowing the daily weather rather than the temperature of the air conditioned. 

 

  • J’aime ne pas être assise toute la journée, et utiliser mon corps plus que mon cerveau.
  • I love not being sit down all day, and using my body more than my brain.

 

  • Ne pas même se regarder dans le miroir avant de partir travailler, c’est presque comme ne pas travailler.
  • Not even look at myself in the mirror before leaving for work, it is almost like not working.

 

  • Les vaches sont attachantes, croyez-moi ou non, elles vont me manquer.
  • Cows are lovely, believe me or not, I will miss them.

 

  • Se faire payer pour admirer le lever de soleil sur le buggy, c’est la meilleure chose qui me soit arrivée dernièrement.
  • Being paid to watch the sunrise from the buggy is the best thing that happened to me lately.

Brume à la ferme

  • Pour concurrencer la phrase ci-dessus, je dirais qu’arriver dans la sérénité de la nuit sous les étoiles et la lune brillante, ce n’est pas mal non plus.
  • In competition with the last sentence, I would say that arriving in the peaceful of the night under stars and a shiny moon isn’t bad either.

 

  • J’avais bel et bien besoin d’une pause avec les métiers au contact de clients, et je ne sais pas encore si c’est pour pouvoir mieux y revenir ou non.
  • I did definitely need a break from customers services jobs, and I don’t know yet if I will even be that happy to come back to it or not.

 

  • Tant que l’on n’a pas mis les pieds dans une ferme, on n’a absolument aucune idée de ce qui s’y trame, et de toutes les compétences requises sur une activité. Ne plus jamais se faire d’idée conçue donc. Ne pas se dire que c’est fait pour les autres, non plus.
  • As long as you haven’t set a foot in a farm, you can not have any idea of what it is like, and of all the competences required for an activity.

 

  • A mes yeux, on devrait tous un jour expérimenter un travail physique, manuel, pratique, avant de se ruer sur des ordinateurs et de se maquiller pour la réunion du lundi matin. Ca remet les pendules à l’heure et ça ouvre bien des perspectives.
  • For me, we should all experiment a physical, manual, practical job before rushing on computers and put some make up on for the Monday morning work meeting. It changes your perspectives and make you realize what you have and could have.

 

  • On se découvre toujours mieux hors des sentiers battus, loin de nos modes de fonctionnement déjà acquis, là où la confiance en soi doit se reconstruire. Révélation corrélée : j’apprécie toujours autant d’apprendre, surtout que cela donne l’impression de rajeunir.
  • We always discover ourselves better out of our habits, where self confidence is still to be built. Related to that : I still appreciate as much as before learning, especially cause it gives the feeling of becoming younger. 

 

  • Plus important que tout : peu importe l’emploi qu’on occupe, quand on travaille pour des personnes formidables, on n’a pas besoin de beaucoup se forcer pour sortir du lit le matin. Et comme je l’ai déjà expérimenté dans mes autres expériences en Nouvelle-Zélande et en Australie, le facteur humain (comme on dit) est déterminant pour moi, je n’y peux rien.
  • More important than all the above : it doesn’t matter what the job is, when you work for amazing people, you don’t need much strenght to get out of bed in the morning. And as I already experienced in New Zealand and Australia, I am quite « human oriented » in my professional life, it is how it is. 

 

Le mot de la fin est assez évident… Merci infiniment Helen, Donna et Kristen, ainsi que toute la bande, Mickael, Anne, Jo, Hugo, Janet, Julie, Brandon, Charlotte, Eliza, Abbey, Hamish, Isaac,  Xavier, et les 800 plus belles, en particulier Princesse, Nougat, Maple et Blanche.

My conclusion is pretty obvious… A thousand thank you to Helen, Donna, Kristen and all the team, Mickael, Anne, Jo, Hugo, Janet, Julie, Brandon, Charlotte, Eliza, Abbey, Hamish, Isaac, Xavier, and the 800 most beautiful, especially Princess, Nougat, Maple and Blanche. 

 

L’album photos est par ici, en cliquant sur ce lien, si vous voulez plus de vaches !

If you want some more cows, the photo album is just here by clicking on this link

Bonjour vache

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par une étoile *

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et ces attributs: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>